lundi 20 novembre 2017 - Tous    No Comments

Rosa lit, Rosa lit, oh… ♫

?

C’est à la station Alexandra David-Néel que Rosa monte dans le tram. Elle qui a tout d’une aventurière, enfin surtout dans ses rêveries et dans son imaginaire. Elle sourit devant le nom de la station en se moquant d’elle-même. Elle entre dans le tram et se précipite pour trouver une place confortable, un peu à l’écart. Trouvée ! Elle s’assied dans un coin et cherche son livre dans les 52 trucs – dont 48 dont l’utilité est discutable – qui seplanquent son sac.

La porte du tram se referme dans un souffle, il y a un vent à décorner les pages, ça tombe bien !
L’accordéon en caoutchouc du tram ressemble à un livre ouvert, aujourd’hui tout est livre.

Rosa s’impatiente, farfouille, sort un paquet de mouchoirs et un étui à lunettes et trouve enfin son livre.
Elle ressent une sensation à la fois étrange et nirvanesque, une ivresse de peur et de joie intense, un mélange inédit, un bonheur unique. Avant de l’ouvrir, Rosa étudie chaque recoin avec ses doigts, le scrute de face, de profil, le retourne pour lire la quatrième de couverture puis enfin l’ouvre en plein milieu et plonge son nez rougi par le froid en inspirant profondément l’odeur des pages encrées.

Ce n’est pas un rituel, Rosa aime lire. Rosa aime lire depuis toujours, depuis toute petite.

Ses sensations deviennent si fortes qu’il est très compliqué de les masquer. Elle se dit qu’elle doit passer pour une cinglée et alors ? Elle sait bien qu’elle est un peu givrée, d’ailleurs la température hivernale le confirme.

En relevant le nez, elle aperçoit un voyageur qui l’observe intrigué, ce qui la met encore plus mal à l’aise.
Elle referme maladroitement le livre et le pose sur ses genoux. Rosa regarde par la fenêtre crade du tram et observe la ville qui se réveille, les arbres presques nus se balancer et dans la vitrine la boulangère qui range ses miches.

Rosa tente en vain de maîtriser ses émotions mais aujourd’hui c’est impossible. Malgré tous ces efforts, une larme se forme au coin de son oeil. Du bout de l’index, elle l’étale doucement cette larme, c’est une si jolie larme…
Elle a tellement attendu cette journée, tellement souhaité, tellement espéré. Rosa a rêvé de ce moment depuis tant d’années jusqu’au jour où elle s’est dit : « Et si j’arrêtais de rêver ? Et si je me mettais au boulot ? Et si je faisais en sorte que ce rêve devienne une réalité ? Et si je grimpais moi aussi dans l’arbre des possibles ? »

Rosa avait bien fait de penser de la sorte. Après plusieurs années d’efforts, la voilà enfin face à elle-même.

Elle n’arrive pas à quitter ce livre des mains, des yeux, des doigts, du corps.
Désormais, elle le sait ; ils sont liés pour l’éternité car ce livre Rosa l’a écrit et il sort aujourd’hui en librairie.

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!