vendredi 13 octobre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Ballerines Myrtille vernies

« Un jour de chance est un jour comme un autre. Curieux sont les gens qui attendent le vendredi 13 pour jouer, espérer, respirer et croire. Tous les jours sont des jours de chance ; il suffit juste de prendre conscience que nous sommes en vie. A l’inverse, c’est étrange aussi de se soumettre aux croyances maléfiques du 13, un chiffre pourrait donc décider pour vous ? ».

Par ce doux mois d’octobre, Myrtille se promenait dans ses pensées matutinales, rythmées par le ronron du tram.

Elle avait trouvé une place assise dans le wagon malgré l’affluence, déjà du monde de si bonne heure. D’ailleurs, presque tous les jours, elle trouvait une place. Ce n’était pas un heureux hasard non, c’était plutôt qu’elle conditionnait son esprit à y croire et ça fonctionnait !

Les pensées positives attirent les événements positifs, Myrtille en était convaincue. Quelques sourires offerts de-ci de-là, une porte tenue, une main tendue, un chouette bonjour et le jour était chouette. 

Elle ne faisait pas partie de ses insupportables hystériques toujours contentes, bruyantes et très bavardes pour planquer le silence « effrayant »… et souvent leur vide intérieur.

Myrtille n’était pas niaise non plus. Elle essayait de conserver autant que possible cet état optimiste, qui ne pouvait pas être permanent bien sûr. C’est bien pour cela aussi, que de temps à autre, quand cela était nécessaire ; elle laissait son moral chercher le chemin vers ses chaussettes… Ce n’était qu’un passage, un nuage, elle n’était pas inquiète, elle savait… Oui, quand cela était nécessaire.

Peut-on aller bien et savourer l’existence si l’on n’accepte pas sa propre tristesse parfois ? Myrtille continuait à faire tournoyer ses pensées dans son esprit. A la question classique et récurrente lors des rencontres :

– Et toi, que fais-tu dans la vie ?

Elle répondait souvent en souriant :

– J’essaye de la rendre jolie…

Conclusion : Myrtille, riait dans ses pensées, songeait qu’elle était en fait comme ses ballerines : drôlement vernie !

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!