lundi 15 avril 2013 - Poésies, Tous    No Comments

7 sur 7

 

 

 

 

Tout le long de la bordure, le doigt sur la couture, il posait dans la verdure.
Tout le long de la broderie, le poids sur la boiserie, elle filait vers la flânerie.
Tout le plomb de la ligne, le foie dans la vigne, elle plongeait dans le signe.
Tout le long  de la fossette, la voie de la facette, il brillait dans l’estafette.
Tout le long de l’avenue, le pied dans l’aperçu, elle marchait vers la retenue.
Tout le son de l’escarpin, le talon sur le lopin, elle respirait dans le matin.
Tout le son de l’intérieur, la bouche sur le cœur, elle visitait son agitateur.

Toute la nuit de juillet, la tête sur l’oreiller, elle contemplait son ensoleillé.
Toute la lumière de la terre, les yeux en l’air, elle plissait dans la poussière.
Toute la porte de son âme, les mains sur la gamme, il survolait les flammes.
Toute la marche de la vie, les bras à Varsovie, elle revisitait sa Yougoslavie.
Toute la fumée de sa peur, l’index sur le majeur, elle voguait sur le lilas fleur.
Toute la magie des images, la paume sur le corsage, elle inspirait le pas sage.
Toute la voie lactée, les sourires sur le sens figuré, il dormait simple, étoilé.

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!