samedi 8 décembre 2012 - Contraintes, Musiques, Poésies    No Comments

Tour de France

Si de Béthune, vos cœurs fabriquaient de la thune
Si de Paris, s’envole une bise, je doublerai la mise

 

 …

 

Si de Strasbourg, la cathédrale, s’éprenait d’un vandale
Si de Lille, tes jolis souliers vernis s’étalaient braderie
Si de Marseille, la calanque, se trouvait une belle planque
Si de Soulac, sillonner à vélo, finir la journée patraques
Si de Grenoble, faire un signe, restez noble restez digne
Si de Digne-les-Bains, vous refaire un signe de la main
Si de Montpellier, du bleu tramway vous m’appeliez
Si de Carcassonne, je me cachais derrière ses remparts
Si de Nevers, il se rapprochait de ses nœuds bleus
Si de Vannes, la charade se retrouvait au chômage
Si de La Baule, je te disais chiche, bataille de niniches !
Si de Vittel, la bouteille repue ne buvait plus que de l’air
Si de Nancy, dans ma botte, chaparder trois bergamotes
Si de Rennes, mon esprit de Noël serait à la traîne oh
Si de Quimper, j’en avais deux ; un breton et un breton
Si de Belfort, tu chantais un peu moins fort : je dors
Si de Valenciennes, nos deux mains ces bohémiennes
Si de Fréjus, mes doigts coton, tenaient haut ton menton
Si de Toulon, je faisais tout court ?

Librement inspiré de cette phrase…

« Si de Cambrai, ma bêtise ne venait que par convoitise… »

… dans cette chanson : « j’ai oublié d’être bête… »

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!