dimanche 21 octobre 2012 - Poésies, Tous    2 Comments

C’est par les mots…

C’est par les mots, sépare les mailles que je décortique parfois nos failles. Le long ciel immobile inonde la rue de noirceur et plombe l’impasse de crimes, alors que le silence des mobiles, fragile, enrobe la nuit d’une longue cape sans victimes. Au matin, quelques nuages traversent sans regarder la rue de la Glacière pas très animée, et donnent à ses mystères la couleur d’avant-hier.
Les arbres presque nus et pas très fiers tanguent un peu au rythme du vent indécis et les bourgeons tremblent en dedans derrière le feuillage naissant. Les pierres carrées gelées restent bien assemblées les unes contre les autres et se taisent en creusant leurs fissures, sans bruits ni éclaboussures. Elles se racontent dans un murmure leurs toutes dernières impostures en se cachant derrière le grand mur.
..
Dimanche après-midi sous les gouttes, le temps se pose et c’est encore toi que j’écoute, en prose. Des traces énigmatiques et des questions synthétiques flottent dans l’air frais qui frôle hypnotique mon cou beige rosé écharpé.
Je marche sur le bitume et souris dans la brume.
Souviens toi : c’est par les mots que je viendrai, sépare les maux que je tairai.
.

2 Comments

  • Avec toi, les mots se font chair…

  • Joli.
    Bientôt nous partagerons quelques mots et quelques vers !

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!