mardi 2 octobre 2012 - Du grand écran, Tous    No Comments

Camille redouble le trouble

Quelques petits mots qui pourrait bien vous donner envie de vous plonger dans le film exquis
de la talentueuse et jolie Noémie Lvovski.

Au début, elle arrive douce et troublante, la nostalgie. Des mots qui brouillent les yeux de souvenirs jolis : Walkman Sony Sports et montre Casio, jambières fluos (oui je sais).

Ensuite, un wagon d’émotions, un boeing de liaisons et comme des pointillés sur le chemin de la mémoire, des esquisses, des souvenirs qui surgissent : adolescence, insouciance, effervescence, souffrance, espérance, danses… Denses sont les acteurs épais comme des bras solides, et leurs jeux si fluides.

Au-delà des rimes, c’est vraiment un moment tendre à aller prendre dans une salle obscure. Je découvre, avec surprise, que c’est le 6ème film de Noémie Lvovski. Sans compter, les pièces de théâtre, mises en scène etc. Mais où étais-je ? Diantre. Sans doute planquée dans mon antre ou collée contre un ventre.

Bref, à voir, à rire et à pleurer, sur place et à emporter.

Non, je ne suis pas nostalgique. Preuve en est ; je n’ai pas de montre Casio.
Bon d’accord OK j’ai une collection de Timex indiglo…
.

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!