mardi 31 janvier 2012 - Contraintes, Tous    3 Comments

Acrostiche ? Chiche

Je me demande parfois comment la passion peut rendre fou. Je
devine que le sentiment doit être très puissant. Sous la plume de
nos merveilleux écrivains qui offrent à l’autel ardent ; les âmes et
corps en sacrifice. Souvent, j’observe en douce les amants collés reve-
nus de quelques distractions ludiques inavouables, impudiques et
enlacés. Alors, je tente de déceler par quelques discrets tremblements
et quelques moues délassées. En vain. Je serai donc comme ceux qui,
foudroyés avant de n’avoir pu goûter cet impur breuvage, garderont
dans une plaie cachée de leur âme l’ignorance de la fièvre ravageuse et
un seul chagrin : n’avoir jamais pu regretter… Et lors du tout dernier
sursaut, la ferveur inexplorée aura ce goût amer et une saveur étrange
d’éternité.

(Photo internet : Alfred de Musset & George Sand)

3 Comments

  • Acrock’n’stiche

  • « Je seraI comme ceux qui …. garderonT » à moins que ce ne soit « Je seraiS comme ceux qui … gard(erai)ENT »

    Qu’en pensez-vous ?

  • @Ange
    J’en pense que ma grammaire est imparfaite mais perfectible !
    Merci pour la correction et merci pour le T.(sans sucre)

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!