jeudi 30 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

This boots are made for walking… ♫

Hélène est bien couverte ce matin. Il fait un peu frais pour un mois de septembre. Elle est emmitouflée dans une écharpe en laine, qui ne gratte pas, et un bonnet qui encadre ses yeux bleus en amande.

Elle a un manteau court bleu pétrole avec de gros boutons argentés. Elle n’aime pas les cagoules, enfin plus. Hélène porte des gants rouges pour le rappel avec ses bottes. … Suite »

mercredi 29 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Oh, oh, oh, little china girl… ♫

La tête penchée vers l’avant, la nuque tendue, les mains agrippées à cet objet et les yeux rivés dessus, Julien n’était pas un cas isolé dans les transports. Ils étaient une majorité à dégainer cet objet à cordon. Un cordon ombilical en quelque sorte…
… Suite »
mardi 28 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Couleur… Café… ♫

L’hiver arrive enfin avec le vent qui glace et le givre sur la place. Il est très tôt, le soleil dort encore et Michel croise les travailleurs matinaux encore englués de sommeil. Il rentre chez lui pour aller se coucher. … Suite »

lundi 27 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Adieu les jolis foulards… ♫

.

Il n’est pas question qu’elle sorte sans son foulard sur la tête, ce n’est absolument pas négociable.
Sandra se prépare dans la salle de bains. Elle songe que cela fait bien longtemps qu’elle n’a pas senti le vent frais danser dans ses cheveux, ses mèches ondulés suivrent les mouvements chaloupés de sa marche… Elle a hâte.

… Suite »

jeudi 23 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Souviens-toi, c’était un jeudi… ♫

Jeudi était un jour particulier pour Aurore.
Elle avait enfin eu gain de cause et un accord écrit.
Pourtant, ses habitudes matinales n’avaient pas changé. Comme les autres jours de la semaine, son réveil sonnait. Comme tous les jours, Marcel, son chat gris et blanc, devançait la sonnerie … Suite »

mercredi 22 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Il faut tourner la page, changer de paysage… ♫

Camille aime bien aller vite. Elle marche vite, elle mange vite, elle boit vite, elle parle vite et beaucoup. Bref, dans tout ce qu’elle entreprend : elle fonce. Elle n’aime pas le silence, le vide, le calme et les endives au jambon.

Ses amis ont du mal à la suivre et son homme, au caractère plus calme, souhaite qu’elle arrive enfin à se détendre. … Suite »

mardi 21 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

Je serai prêt à tout, pour un simple rendez-vous… ♫

Thomas se rapprochait lentement mais sûrement du quai du tram et de ses 50 ans. 
L’arrivée prochaine de ce chiffre rond était propice aux bilans, un classique. Pourtant, il tentait de s’en défendre et de banaliser. Ce n’est qu’une année de plus finalement, on en fait tout un foin mais ce n’est pas si terrible au fond, pensait-il.
Pourtant, ce matin, pendant son trajet et dans sa torpeur, il se retourne un peu sur son passé…
… Suite »

lundi 20 novembre 2017 - Tous    No Comments

Rosa lit, Rosa lit, oh… ♫

?

C’est à la station Alexandra David-Néel que Rosa monte dans le tram. Elle qui a tout d’une aventurière, enfin surtout dans ses rêveries et dans son imaginaire. Elle sourit devant le nom de la station en se moquant d’elle-même. Elle entre dans le tram et se précipite pour trouver une place confortable, un peu à l’écart. Trouvée ! Elle s’assied dans un coin et cherche son livre dans les 52 trucs – dont 48 dont l’utilité est discutable – qui seplanquent son sac. … Suite »

vendredi 17 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

T’as pas besoin de sonner, demande à l’interphone…

Arrivée à la station porte dorée avec son sac rouge, Maryse entre dans le tram, son smartphone à la main. Une entrée remarquée puisque dans ce matin calme, elle discute en parlant fort et avec le haut-parleur branché, volume poussé à fond.
Tout le monde se retourne vers elle en lui lançant des expressions de sidération, des rholala, des hého et quelques rares sourires devant l’absurdité … Suite »

mercredi 15 novembre 2017 - Du tram, du bus    No Comments

L’amour comme un boomerang…

Le pose-culs. Charles avait inventé ce nom de pose-culs pour définir la barre horizontale à hauteur de bassins, de culs ou de cuisses (selon votre taille) et légèrement rembourrée où l’on pouvait s’adosser au milieu du tram. 
C’est à cet endroit précis que tous les matins, Charles observait Julia caler ses reins sur le fameux pose-culs.

Cela faisait donc dix huit jours qu’il croisait son regard. … Suite »

Pages :1234567...13»